«Les bêtes n’ont pas encore de patrie. Il n’ y a pas encore des chiens allemands, des chiens italiens et des chiens français. Il n’y a partout que des chiens qui souffrent quand on leur allonge des coups de cannes. Alors, est-ce qu’on ne pourrait pas, de nation à nation, commencer par tomber d’accord sur l’amour qu’on doit aux bêtes ? Et cela simplement au nom de la souffrance ! pour tuer la souffrance, l’abominable souffrance dont vit la nature et que l’humanité devrait s’efforcer de réduire le plus possible, d’une lutte continue, la seule lutte à laquelle il serait sage de s’entêter »

Emile Zola « L’amour des bêtes  » Le figaro du mardi 24 mars 1896

(fragment littéraire lu le samedi 28 décembre 2019 à 14h à la médiathèque de Méjanes, Aix en Provence

dans le livre « Animalité  » de Laurent Baheux et Audrey Jougla P 163)