Fin de grève de la faim :
Lundi 25 mai, deux semaines auront passées depuis le début de ma grève de la faim et ma présence devant l’hopital de Dunkerque. Mon action se voulait symbolique , un acte pour interpeller et surtout une invitation au dialogue.
« Nous creusons notre tombe avec nos dents » dit un proverbe, nos modes de vies dévorent le monde. Alors que faire face à cette réalité ? Ralentir ? Refreiner notre gloutonnerie, pour permettre à chacun de vivre dans de bonnes conditions : moins mais mieux dans l’assiette, moins mais mieux dans nos maisons, moins mais mieux dans nos relations et nos activités? La santé des corps menacée par le COVID et la santé défaillante de la Terre, l’arrivée de ce virus sont les symptomes du même mal. Relocaliser, ralentir, réduire l’importance de l’économie dans nos vies pour retrouver l’essentiel que nous avons pu redécouvrir en partie pendant le confinement est ce à quoi nous aspirons. Comment y arriver, voilà ce que je voulais questionner à travers cet acte.
J’ai pu avoir des échanges avec certains, d’autres n’ont pas compris pourquoi je mettais ma « vie en danger ». J’ai décidé de mettre fin à cette grève de la faim lundi, de me concentrer à nouveau sur la participation et la création d’actions constructives.
J’invite ceux et celles qui le veulent à venir lundi à 18H devant le CHD, pour clore cette action ensemble.
Merci à tou.te.s et prenez soin de vous !